10 étapes de base pour éliminer l’anxiété des bonbons Êtes-vous dépendant des bonbons ?
Articles » Alimentation » 10 étapes de base pour éliminer l’anxiété des bonbons Êtes-vous dépendant des bonbons ?

10 étapes de base pour éliminer l’anxiété des bonbons Êtes-vous dépendant des bonbons ?

Avez-vous le contrôle sur les bonbons que vous mangez ? Avez-vous des envies de sucreries quand vous êtes à terre ? Avez-vous l’impression qu’après avoir mangé, vous avez besoin de bonbons ? Si c’est le cas, vous êtes peut-être accro au sucre La quantité de sucre que vous prenez est très marquée par le plaisir qu’il vous procure. En de nombreuses occasions, nous comblons les lacunes émotionnelles avec les aliments que nous aimons le plus. Le symptômes courants de l’accoutumance au sucre sont les coercition au moment de manger ce type d’aliment, le soulagement émotionnel après les avoir mangés et que les sentiments d’abstinence et d’anxiété après les avoir ingérés Un apport élevé en sucres peut altérer l’activation des récepteurs de la dopamine qui donnent lieu à des sensations de bien-être et de plaisir.

La dopamine est un messager chimique du système nerveux central. C’est le neurotransmetteur que nous fabriquons avant tout lorsque nous nous sentons récompensés pour quelque chose que nous avons fait Lorsque la dopamine est faible, nous avons tendance à la tristesse, à l’irritabilité ou à l’instabilité émotionnelle. Lorsque les niveaux de dopamine sont épuisés dans le cerveau, les messages ne peuvent pas être transmis correctement, affectant directement le comportement, l’humeur, la cognition, l’attention, l’apprentissage, le mouvement et le sommeil Lorsqu’elle est élevée, la conséquence est l’apathie, l’insensibilité et la dépendance.

Le sucre cause-t-il de l’anxiété comme s’il s’agissait d’une drogue ?

Un apport abusif en sucre augmente les niveaux de dopamine et comporte le risque de devenir tolérant à une certaine dose et qu’à chaque fois qu’il en faut plus pour obtenir le même effet, la même chose qu’avec certaines drogues. Les envies deviennent de plus en plus fortes et finissent par nous contrôler. En même temps, si nous ne prenons pas le sucre que notre corps demande, nous aurons le syndrome de sevrage. Cela peut être dû à l’effet de l’augmentation de la dopamine sur la mémoire à long terme. Selon l’article « Drug Addiction and the Brain : Effects of Dopamine on Addiction » de l’Université Harvard, l’augmentation des niveaux de dopamine dans le cerveau rend l’expérience agréable et nous avons tendance à répéter l’action de la drogue. La sensation intense de plaisir dans le cerveau crée une sensation de qui lie la drogue à la satisfaction. Je vous invite à réfléchir : Est-ce la même chose avec le sucre ?

En plus de générer une dépendance, le sucre peut nous apporter des problèmes de santé tels que le surpoids, l’obésité, le diabète, la faiblesse du système immunitaire, les maladies cardiovasculaires, le déficit d’attention.. En Espagne, la consommation moyenne de sucre est de 120 grammes par jour. Il équivaut à environ 10 cuillerées de sucre et se trouve non seulement dans le sucre raffiné que nous buvons dans le café, mais aussi dans le pain, les tomates frites, les céréales, les yaourts… dans presque tous les produits transformés L’Organisation mondiale de la santé recommande que la consommation de sucre soit inférieure à 10 % des calories quotidiennes. Ce n’est qu’avec le sucre naturellement contenu dans les aliments que cette quantité est atteinte.

Il y a des aliments qui aideront à réguler les niveaux de dopamine et nous aideront avec notre dépendance aux bonbons :

  • Aliments contenant de la tyrosine (un acide aminé qui aide à former la dopamine) : bananes, bleuets, fraises, raisins secs, prunes séchées, morue, arachides, amandes, avoine, tempeh et protéines de soya.
  • Aliments contenant de la vitamine B6 (vitamine nécessaire à la synthèse de la dopamine) : pistaches, graines de tournesol, graines de sésame, germe de blé, ail, pommes de terre, noix, noisettes, châtaignes et pois chiches.
  • Aliments contenant de la vitamine C (autre vitamine nécessaire à la synthèse de la dopamine) : poivrons rouge, vert et jaune, persil, brocoli, chou, chou-fleur, kiwi, papaye et fraises.
  • Aliments contenant du fer (c’est un nutriment essentiel pour la stabilité de la structure et des fonctions du système nerveux central, notamment celles liées au système dopaminergique) : graines de sésame, graines de citrouille, tomates séchées, thym et tofu.

En plus de l’addiction aux sucreries de nature émotionnelle existent autres causes qui nous amènent à faire notre crise de sucre :

  • Le premier est le besoin de sucre. Notre corps a besoin de glucose pour fonctionner et demande s’il est faible. Le problème est que l’organisme ne sait pas différencier le type de sucre dont il a besoin : pâtisseries, fruits, céréales… et la plupart du temps on a tendance à choisir le produit le plus gras (chocolat, pâtisseries industrielles, gâteaux…).
  • Une autre cause est la mauvaise et injuste renommée des glucides. Beaucoup de gens croient que les hydrates prennent du poids, ce qui les exclut de leur alimentation. L’organisme manque ainsi de sucres et, par conséquent, le chocolat ou les aliments sucrés sont utilisés d’une manière irrémédiable, presque compulsive. Pour éviter ces comportements, nous devons opter pour une alimentation plus équilibrée et introduire plus d’hydrates, en particulier des grains entiers.
  • À certaines occasions une baisse de sucre peut être confondue avec une baisse de tension artérielle. Même si on pense que le corps demande du sucre, il a besoin de sels minéraux.
  • Une autre raison de notre dépendance au sucre c’est le besoin de notre corps d’avoir quelque chose de sucré pour vouloir compenser un excès de protéines animales, de sel… Cela arrive aussi quand on ne sait pas distinguer la faim de la soif.

En plus d’explorer les causes de notre dépendance au sucre, je veux vous donner une série de lignes directrices qui peuvent vous aider à mieux contrôler les bonbons.

 Étapes de base pour éliminer l'anxiété sucrée

Comment contrôler l’anxiété de manger des bonbons ?

Voici 10 étapes simples pour vous aider à prendre les moments où vous ne pouvez pas supprimer le désir de manger des sucreries :

  1. Évitez de boire du sucre au déjeuner. Préparez un petit déjeuner naturel, évitez les céréales industrielles, les jus artificiels et les pâtisseries Commencez la journée par un déjeuner riche en fibres avec des glucides à grains entiers et des fruits. Cela empêchera votre corps de demander du sucre tout au long de la journée.
  2. Moins de produits emballés et plus naturels. Ce type de produits sont pleins de sucres et d’additifs qui nous aident à rester accros aux bonbons. Au lieu de sandwiches, de pâtisseries ou de pizzas industrielles, faites un gâteau maison avec de la farine complète et du miel ou prenez des fruits secs au lieu des bonbons à la gelée.
  3. Commencez à lire les étiquettes des produits que vous achetez et soyez conscient de la quantité de sucre qu’ils contiennent.
  4. Mangez plus souvent afin de réguler votre glycémie et d’éviter vos envies de fumer. Si vous voulez de la glace, prenez-en une crème de banane maison. Quand tu manges sucré mangez lentement et savourezvous vous rassasierez plus tôt et vous aurez le plaisir qu’il vous faut.
  5. Bebe l’eau quand vous avez doux singepeut-être que tu as soif. Apprenez à l’identifier par l’observation.
  6. Évitez les édulcorants. Des études ont montré que le goût sucré des édulcorants peut augmenter notre taux d’accrochage. Le cerveau l’interprète de la même façon que le sucre.
  7. Distrais-toi jusqu’à ce que tu n’en aies plus envie. Se promener, lire, faire quelque chose à la maison…. S’occuper, c’est se concentrer et laisser aller ce désir immédiat Tu es plus fort que tu ne le penses, c’est ton choix
  8. Brossez-vous les dents chaque fois que vous mangez. Avoir une bouche fraîche et propre réduira votre désir de manger sucré après avoir mangé.
  9. Mange un fruit. Si vous ne pouvez pas éviter de manger quelque chose, le remède le plus sain est de manger un morceau de fruit sucré : banane, cherimoya, kaki, pastèque, melon…
  10. Évitez les situations à risque. N’achetez pas toutes ces choses qui vous font tomber dans la tentation et n’allez pas à ces endroits qui vous donnent envie de manger des bonbons. Créez un environnement sûr en libérant de votre vue les aliments qui produisent ce désir qui vous contrôle.

Si malgré toutes ces étapes de base pour éliminer l’anxiété des bonbons vous ne réussissez pas, vous pouvez vous tourner vers un professionnel ou aider le groupe à approfondir et à découvrir les causes de ce manque de contrôle.